Cette construction exprime la confrontation obligée à la route et au trafic, la volonté de rupture avec les constructions sans volonté qui mitent un paysage bucolique sensible, la tentative de préserver ce qui reste du site, et de contenir ce qui le perturbe.

A l’est, un mur à l’enceinte se lève progressivement et se déroule à la façon d’un ruban le long de la route, pour protéger du bruit et donner naissance progressivement à la première façade visible de la construction .

Au Sud, l’ouverture visuelle majeure, captée par une unique fenêtre de grande dimension, est conduite par le même mur en direction de la ferme, du tilleul et du jura, seul dégagement offert.

Au vu des moyens limités à disposition, le béton a été réalisé à l’aide d’un coffrage brut, calpiné simplement.

La toiture en béton à été recouverte d’un lé d’étanchéité posé à la façon des panneaux de coffrage.

Aucun détail ostentatoire n’est admis. Lors de fortes pluies, l’eau coule en rideau le long de la grande ouverture, comme une cascade naturelle.